• admin94181

ALEX MESLET


Alex Meslet

Qu’est-ce qui t’allumes dans ton métier ?

Plus que d’un métier il s’agit d’une passion et c’est surtout deux étapes du cheminement créatif qui m’animent. En amont du dessin c’est la phase d’ébullition : partir des contraintes initiales d’une commande ou partir d’une intuition et lister un ensemble d’idées, en faire des ratures, des schémas, des croquis, des storyboards… Puis, dans un deuxième temps, rentrer dans la phase de réalisation : trouver la technique adéquate, les outils, le cadrage, les couleurs et surtout trouver le moment où il faut s’arrêter et ne plus rien ajouter. Ce qui me motive aussi c’est de découvrir chaque jour des artistes dont le travail m’impressionne en me donnant la sensation d’être un débutant qui est loin d’avoir atteint un niveau de dessin satisfaisant.


Tu as fait des études sportives, cette activité participe-t-elle à ta créativité ?

Oui, la gestion du mouvement, de l’anatomie, des proportions, des postures, sont des éléments qui ont jalonné mes études et qui continuent à faire partie de mes préoccupations, en particulier lorsque je dessine sur le vif. J’exerce toujours dans le domaine sportif et je ne cesse d’observer en espérant conserver des empreintes visuelles et acquérir des réflexes lorsqu’il faut passer au dessin. Mais comme dans n’importe quelle activité sportive, si on veut progresser c’est surtout le travail de répétition, donc de croquis quotidiens, qui provoque de réels changements. Sinon, j’ai une sensibilité particulière pour les activités sportives artistiques comme la danse dont les principes de créativité sont les mêmes que dans tous les métiers artistiques, c’est juste l’outil d’expression qui change en passant du corps au crayon.

...

Lire entièrement cette interview rendez-vous ici